La recherche en Grandes Cultures

Orge au soleil couchant

Renaissance des céréales mineures 2017-2019

Un projet de -action participatif et multi-acteurs pour la revalorisation des céréales mineures (épeautre, engrain ou petit épeautre, poulard, sarrasin, seigle…) par la production de semences paysannes en réseau et le développement de filières courtes et locales.

TerraMilletObjectifs.  Le projet « Renaissance des Céréales Mineures » a pour but de pérenniser la conservation, la sélection, la multiplication et la production de cinq céréales dites « mineures » (l’épeautre, l’engrain, le poulard, le sarrasin et le seigle) dans le Nord-Ouest de la France via l’utilisation de semences paysannes en réseau, avec une valorisation des récoltes en filières courtes et locales sous la forme de cinq produits d’alimentation de base (farine, pain, galettes, pâtes et biscuits). Les produits proposés seront accessibles économiquement pour le consommateur et en cohérence par rapport à leurs pratiques alimentaires. Ce projet est mis en œuvre conjointement par 3 partenaires : la FRAB, Triptolème (association pour le développement de la biodiversité cultivée) et l’UMR BAGAP de l’INRA (Véronique Chable).

Les principaux travaux en 2017.

  • Mise en place de 6 à 7 groupes locaux (paysans / transfos / multiplicateurs) sur le Grand-Ouest en 2017 : Finistère, Kreiz Breizh, Saint-Nazaire, Pays de Dinan, Bassin Rennais, Avranches, Anjou. Un référent professionnel est chargé d’animé chacun des groupes. Les membres de ces groupes sont des producteurs adhérents des réseaux GAB-FRAB et Triptolème ou des transformateurs certifiés bio.
  • Mise en place d’une centaine d’essais de multiplication au sein d’un réseau d’une vingtaine de fermes biologiques et autour d’une dizaine d’espèces de céréales : amidonnier, , brassicole, engrain, épeautre, blés poulards, sarrasin, seigle, millet
  • Réalisation d’une étude de 6 mois (INRA) «Freins et leviers au développement des céréales mineures via les semences paysannes »

Perspectives 2018

  • Poursuite des essais de production et multiplication, avec focus sur l’épeautre
  • Organisation de journées d’essais de transformation avec des artisans et paysans membres des groupes locaux
  • Tests de décorticage de céréales
  • Valorisation des résultats

Télécharger le rapport d’étude INRA : cliquez ici

« Succession de cultures innovantes – réseau de suivi de 8 fermes biologiques bretonnes »

Les fermes bio sans prairies de longue durée (éleveurs de monogastriques, producteurs de céréales, îlots éloignés chez des éleveurs laitiers) sont soumises à des problématiques spécifiques, tant au niveau du maintien de la fertilité que de la gestion des adventices ou des maladies).

Le réseau GAB-FRAB, en partenariat avec la Chambre Régionale d’Agriculture, a donc lancé donc une action régionale en 2013, afin de tester des successions culturales innovantes. Celles-ci devront être adaptées aux besoins alimentaires des animaux éventuellement présents sur les fermes, tout en permettant de valoriser au mieux l’azote fixé et d’en minimiser les pertes.

Huit fermes pilotes bretonnes sont suivies par le réseau GAB-FRAB. Sur chaque parcelle une comparaison entre une rotation témoin et une rotation « innovante » (incluant des cultures sous couverts par exemple) sera mise en place, sur une surface de l’ordre de 1 à 2 ha par modalité. Un suivi de différents indicateurs sera effectué sur chaque modalité, pour en évaluer la performance agronomique et environnementale : suivi des reliquats azotés, fertilité du sol, rendement et enherbement.

Des enquêtes ont également été menées en 2013 sur 16 fermes biologiques bretonnes pour identifier des pratiques culturales innovantes déjà mises en œuvre en région.

Coordination technique : Gaëtan Johan, Agrobio35 – g.johan@agrobio-bretagne.org

 

« Maïs population »

DSC09016Depuis 2012 et dans le cadre du projet régional « Maïs Pop », une trentaine de paysans bretons mènent des observations sur la robustesse, le taux de germination, la précocité, et d’autres indicateurs sur des variétés de maïs population semées sur leurs parcelles. En partenariat avec l’INRA, une quinzaine de variétés sont ainsi testées par ces paysans membres des réseaux GAB et CIVAM.

En seulement 2 ou 3  années d’adaptation et de sélection, les potentialités de ces maïs apparaissent comme encourageantes tant au niveau de leurs qualités nutritionnelles que de leurs rendements. Quelques caractéristiques communes ressortent notamment, comme leurs taux de protéines plus élevés que les hybrides témoins. C’est une piste intéressante pour améliorer l’autonomie en protéines des éleveurs, qui sera étudiée plus en détail dans les années à venir.

Coordination technique : Goulven Maréchal, FRAB – g.marechal@agrobio-bretagne.org

 

Adaptation de l’itinéraire technique des céréales au binage à faible écartement

Les bineuses à céréales peuvent être une solution efficace contre l’enherbement dans certaines conditions, où les outils classiques (houe rotative, herse étrille) trouvent leurs limites. Agrobio35 a comparé depuis 2010 l’efficacité du désherbage avec une bineuse à céréales et l’efficacité du hersage en fonction de différentes densités de semis de blé. Les essais ont été menés sur un site, avec répétitions en 2011, et sur 2 sites en 2012 (lycée de Dol-de-Bretagne et chez agriculteur). Ces techniques de binage font notamment apparaître une modification des composantes du rendement (meilleur taux de protéines, nombre d’épis/m2 inférieur et compensé par un PMG plus fort).

Coordination technique : Gaëtan Johan, Agrobio35 – g.johan@agrobio-bretagne.org

Tags : , , , , , ,