Voeux 2011, proposons !

Maraîchage bio en Ille-et-Vilaine

Pour 2011 ? D’abord une bio année à tous ! Et puisque la météo reste imprévisible, donnons-nous quelques bonnes résolutions à suivre, comme il est coutume en ces débuts d’années. Puisque la nature fait des siennes, penchons-nous sur la durabilité de nos fermes !

Commençons par l’autonomie ! Il faut continuer à envisager toutes les solutions qui rendent nos fermes plus autonomes : diminution de cheptel, introduction de cultures dans les systèmes herbagers, repenser les rotations en introduisant des prairies ou des légumineuses, produire sa propre paille, échanger le fumier entre éleveurs et maraîchers ou céréaliers, offrir à nos animaux des abris dès que le temps l’exige, faire sa propre semence… A chacun de trouver la piste qui lui convient.
En 2011, nous serons deux fois plus nombreux qu’il y a 10 ans ! Près de 1300 agriculteurs bio en Bretagne ! En 2011, jouons la carte de la vigilance collective ! Lorsque que les paysans s’organisent et créent des partenariats solides, on peut envisager sereinement la valorisation sur du long terme. C’est le cas, en 2010, de la filière laitière bio. Quelle que soit la production, n’attendons pas que des baisses de prix injustifiées se produisent avant de réagir.
Et puis, en 2011, installons ! En 2009, le réseau des GAB bretons et la FD Civam 35 ont accompagné plus d’une centaine de porteurs de projet. En face, environ 10 % des agriculteurs bio bretons partiront en retraite dans les 5 années à venir.

Proposons

Face à l’impasse des agrandissements systématiques : proposons ! Avec nos amis du pôle INpact Bretagne qui regroupe Civam, le Rad, Terre de liens, Accueil paysan, l’Afip, etc., défendons l’idée que nous pouvons non seulement stopper la disparition des fermes, mais en plus, inverser le phénomène en utilisant des formes d’installation innovantes : GFA, installations progressives chez des producteurs, participation de tiers pour l’acquisition des fermes, etc. Quant à nous, paysans en place, jouons notre rôle : dès qu’un nouvel installé arrive, actionnons l’entraide, le parrainage, le prêt de matériel…
En 2011, soyons mobilisés ! Individuellement ou collectivement, les occasions ne manquent pas pour faire avancer et porter le projet d’une agriculture qui remplit son rôle nourricier et fait vivre des paysans heureux et confiants pour l’avenir !

Par Paul Hascoët, paysan bio dans le Finistère
(Extrait de l’edito de SymBIOSe N°153, janvier 2011)