La recherche en élevage

Photo 084

Actions en cours

Action 1 : Résilait

Le réseau GAB-FRAB de Bretagne, dans le cadre du projet CASDAR Résilait piloté par l’Institut de l’Elevage et l’Institut Technique de l’Agriculture Biologique, a participé à une étude sur la Résilience des systèmes des systèmes laitiers biologique. Ce projet vise à analyser les facteurs de résilience des systèmes laitiers biologiques pour les filières bovine, ovine et caprine. Ses objectifs sont d’évaluer les niveaux actuels de résilience et de performance sur de larges échantillons, d’analyser les facteurs de réussite ou de défaillance, de mesurer les impacts de certaines évolutions récentes des systèmes biologiques et d’appréhender certains risques futurs. L’objectif est de fournir aux futurs éleveurs en conversion les éléments de réussite en optimisant leurs trajectoires de conversion, de les conduire vers les systèmes les plus performants au plan économique et les plus résilients face aux aléas.

Coordination technique : David Roy, Agrobio35 – d.roy@agrobio-bretagne.org

 

Action 2 : Pâturage hivernal et effets potentiels sur la prairie

Depuis 2003, nous constatons des périodes de sécheresse plus ou moins prononcées. Les réponses apportées par la recherche et les éleveurs pendant ces périodes difficiles sont souvent axées sur l’augmentation des stocks (achat de fourrage, nouvelles cultures). Quelques éleveurs avec des pratiques innovantes en système herbager travaillent cependant sur l’allongement de la période de pâturage, notamment en testant le pâturage hivernal. Ces nouvelles pratiques ont-elles un impact sur les performances des animaux ou sur la production d’herbe au printemps suivant ? La productivité des prairies est-elle améliorée sur l’année ? Le réseau GAB-FRAB a lancé une expérimentation régionale sur le sujet depuis 2013. 12 fermes biologiques pilotes testant le pâturage hivernal ont ainsi été suivies pendant 3 ans sur l’ensemble de la région. La pousse de l’herbe, mais aussi la portance des sols et l’évolution de la flore prairiale, ont été mesurées au fil de l’année dans un paddock expérimental et un paddock témoin pour chaque site. Depuis 2016 le projet s’est ouvert au grand ouest et est expérimenté sur 13 fermes jusqu’en 2019.

Coordination technique : Christophe Lefèvre, GAB56 – c.lefevre@agrobio-bretagne.org

 

Action 3 : Projet AEP petits ruminants

Le GAB 29 est investi dans un projet AEP « Agriculture Écologiquement Performante » sur la question de la gestion et du traitement du parasitisme chez les petits ruminants. Ce projet, mené sur 3 ans implique, une dizaine d’éleveurs de caprins et d’ovins sur le Finistère. Les actions menées au cours de cette deuxième année mettent en évidence un lien entre alimentation, immunité et parasitisme. Les expérimentations sont donc orientées sur l’analyse de l’alimentation et du pâturage, en lien avec des analyses coprologiques (coproscopies et coprocultures).

Coordination technique : Damien Deïss, GAB29 – d.deiss@agrobio-bretagne.org

 

Action 4 : CAP Climat (Comment s’Adaptent les Producteurs au climat) Les producteurs des Pays de Redon et de l’Oust à Brocéliande s’engagent !

La FRAB, le GAB 56 et Agrobio 35, ont démarré en 2018 un travail de recherche conjointement mené avec les services agronomiques et expérimentations de Yves Rocher. Localisées sur les communautés de communes de La Gacilly, Pipriac et Pays de Redon zone Bretagne (découpage avant la fusion de 2017), les études débuteront par un recensement bibliographique global des pratiques adaptées aux effets du changement climatique. Suite à cette analyse, des enquêtes de fermes en élevage bio et non bio, appartenants à la zone d’étude, seront réalisées. L’objectif de ce projet est de formaliser et d’informer sur les outils et leviers permettant aux fermes de faire face au changement climatique.

Coordination technique : Niels BIZE, FRAB Bretagne – n.bize@agrobio-bretagne.org

 

Actions achevées

Action 1 : Impact de la conversion en Agriculture Biologique sur les élevages laitiers bretons

Depuis 2008, le nombre de conversions des systèmes laitiers bretons a été en nette augmentation. Ce ne sont pas moins de 169 fermes bretonnes qui se sont converties sur la période 2009-2010.Trois éléments ont expliqué cette tendance :

  • Un cahier des charges harmonisé au niveau européen depuis le premier janvier 2009
  • Le Grenelle de l’environnement, qui a positionné le développement de la bio comme objectif majeur des années à venir
  • Le prix du bio restant en niveau constant (420 €/1000 L) par rapport au prix du conventionnel.

C’est au cœur de cette dynamique d’évolution que le réseau des producteurs bio Bretagne débutait un suivi d’une quinzaine de fermes laitières en conversion à l’Agriculture Biologique. Les fermes concernées ont été enquêtées en conventionnel, puis durant les deux ans de conversion et deux ans de plus une fois les fermes certifiées AB. L’objectif de ce suivi était de caractériser les différents profils de producteurs bio issus de la vague de conversion de 2009 et de quantifier les principaux critères (techniques et économiques) qui évoluent avec la conversion. En effet, les systèmes de ces fermes ne correspondent plus forcément à ceux de leurs prédécesseurs, tant au niveau des stratégies alimentaires que de disposition du parcellaire. Cette étude, achevée en 2013, a permis de différencier 3 types de stratégies de conversions basées sur l’accessibilité du parcellaire et l’alimentation des vaches laitières en fin de suivi.

Coordination technique : Guillaume Michel, GAB22 – g.michel@agrobio-bretagne.org

 

Etudeconversionweb Cliquez sur l’image pour télécharger l’étude.

 

Action 2 : Vulnérabilité et Trajectoires de conversion à l’AB en systèmes bovins lait

Le réseau GAB-FRAB de Bretagne, en collaboration avec l’unité de recherche AGIR de l’INRA de Toulouse, a souhaité approfondir son étude sur les systèmes laitiers en conversion à l’AB. En effet, une seconde vague de conversion a eu lieu suite à celle de 2009. On dénombre 185 nouvelles fermes laitières engagées en bio en Bretagne en 2016 (530 au niveau national – Agence Bio 2016). S’intéressant à ces deux périodes aux fortes dynamiques de conversion, l’objectif de cette nouvelle étude est de caractériser la vulnérabilité des systèmes en transition vers l’AB. Le résultat principal est le suivant :

La vulnérabilité d’un système laitier en conversion à l’AB est amoindrie lorsque que la situation économique avant conversion est suffisamment robuste et que le parcellaire environnant est majoritairement accessible (supérieur à 30 ares/vl).

A la lecture de ce constat, des enquêtes ont été menées dans des fermes en conversion sur la période 2016/2017 et contraintes – soit par leur parcellaire, soit par leur situation économique – afin d’étudier et de détailler leurs trajectoires de conversion. Diverses possibilités d’adaptations à ces difficultés ont été mises en avant dans le cadre de cette étude. Le lien avec les ressentis des éleveurs enquêtés a été détaillé.

Coordination de l’étude : Niels Bize, FRAB – n.bize@agrobio-bretagne.org

Télécharger le rapport : cliquez ici

Action 3 : Autonomie alimentaire et Résilience aux aléas climatiques

Le GAB 22 et la FRAB Bretagne sont partenaires du projet CAS DAR Optialibio « Optimisation de l’autonomie et de la résistance aux aléas climatiques des systèmes alimentaires en élevages bovins biologique (CasDar 2014-2018) » piloté par l’Institut de l’Elevage. Dans ce cadre, le réseau des producteurs biologique de Bretagne a participé à la caractérisation de l’autonomie alimentaire des fermes bovines bio. Des enquêtes ont également été réalisées afin d’identifier les pratiques d’adaptation permettant d’améliorer le niveau d’autonomie alimentaire de ces fermes. Différentes stratégies ont été mises en avant en fonction de la conduite du cheptel et de la gestion des prairies.

Coordination technique : Elisa Dubois, GAB22 – e.dubois@agrobio-bretagne.org

 

 

 

 

Tags : , , ,