Plus de produits Bio et locaux en restauration collective : Défi Cuisines à Alimentation positive

Dans la poursuite du projet Filière Bio locale et solidaire, Agrobio 35 va accompagner, collectivement et individuellement, 4 à 6 établissements ayant un service de restauration collective.

Le défi ? Augmenter, pendant 1 an, leur part de produits bio locaux en maîtrisant le budget.

2 établissements sont déjà confirmés dans leur participation  à ce Défi cuisines à Alimentation positive : l’ESAT de Retiers et la Cuisine centrale de Vitré. L’opération a ainsi été lancée ce mardi 18 juin 2019 à l’ESAT de Retiers.

Les enjeux de la restauration collective Bio et Locale

La restauration collective Bio et Locale répond à de nombreuses problématiques :

  • La lutte contre le gaspillage alimentaire et la gestion des déchets
  • L’alimentation de qualité accessible à tous
  • La santé publique des citoyens
  • Le dynamisme du territoire
  • Le développement de l’autonomie alimentaire du territoire
  • La préservation des ressources (eau, sols, air) par l’agriculture bio

Tandis qu’aujourd’hui la restauration collective représente 3% des produits bio en valeur d’achat, le mouvement à la hausse se poursuit et se trouve favorisé par la loi EGALIM.

En effet, suite aux Etats Généraux de l’Alimentation, la Loi EGALIM (novembre 2018) oblige désormais la restauration collective publique à consommer 50% de produits de qualité dont 20% de produits issus de l’agriculture biologique d’ici 2022.

 

Manger Bio et local : Une préoccupation croissante des Français

  • 85% des Français estiment important de développer l’agriculture Bio
  • 26% des consommateurs ont l’intention d’augmenter leur consommation de Bio

(Baromètre de la consommation Agence bio / CSA,  Février 2018)

 

Défi Cuisine à Alimentation positive : un levier de croissance pour le territoire, pour le développement Bio Local

Le défi cuisine vise à développer la consommation de produits bio et locaux comme à favoriser les échanges et le lien social.

Le collectif est au cœur de ce challenge car :

    – Les participants ont l’obligation de créer un Comité de Pilotage au sein de leurs établissements pour créer une dynamique pérenne et porter ce projet à plusieurs.

    – Des accompagnements collectifs (formations protéines végétales, diététique, visite de ferme, etc.) favoriseront l’échange et le partage d’expériences entre professionnels du même secteur et entre établissements différents.

 « Pour mener à bien le projet, nous travaillerons sur 4 grands enjeux : stimuler la demande et l’offre en produits bio du territoire, introduire progressivement les produits bio et locaux dans les restaurants, augmenter la part de protéines végétales et travailler sur le gaspillage afin de réaliser des économies pouvant être réinjectées dans les produits et mobiliser les acteurs publics et politiques autour du thème de l’alimentation durable et de qualité en restauration collective », souligne Pauline Cros, chargée de mission pour la restauration collective chez Agrobio 35.

Pour s’approvisionner en produits bio locaux, la restauration collective du département d’Ille-et-Vilaine fait aujourd’hui appel au groupement de producteurs Manger Bio 35, à Biocoop Restauration, à des fournisseurs généralistes ( Subery, Pomona, Pro à pro, Ame Haslé… ) ou directement aux producteurs.

 

Une opération qui a fait ses preuves dans le Pays de Vannes

Ce type de défi a déjà été mis en œuvre dans le Pays de Vannes où la consommation de produits bio dans les établissements a augmenté de 7 à 15 %, entre mai 2017 et juin 208. La relocalisation a aussi été très forte pendant cette période.

 

>> Consulter l’article du journal Paysan breton (21/06/2019) :  Ils souhaitent mettre plus de Bio local dans leurs cantines

 


Vous avez un projet Bio en restauration collective ? Contactez-nous au 02 99 77 09 52