La Terre est notre métier. Une des plus belles éditions

Le salon des professionnels de la bio a connu une affluence record cette année en accueillant plus de 6 000 visiteurs sur trois jours.

Avec plus de 6 000 visiteurs durant trois jours, La Terre est notre métier a battu son record d’affluence. Au total, La Terre est notre métier et Ille et Bio, organisés conjointement, ont attiré 14 000 visiteurs du 12 au 14 octobre. « Cette 11e édition de la Terre est notre métier est sans doute une des plus réussie. Réussie car une bonne fréquentation en nombre de paysans ce qui entraîne une satisfaction des exposants », indique Jean-Paul Gabillard, président de la FRAB. Au rang des satisfactions : la nouvelle disposition du salon, qui s’est situé dans le prolongement d’Ille et Bio ; l’intérêt suscité par le concours Innova’Bio ; l’ouverture du salon sur le volet transformation et distribution, avec pour la première fois un « village de la restauration collective » qui est appelé à s’accroître dans les années futures ; les bons retours des exposants. Il est également intéressant de noter que le nombre de visiteurs est en hausse alors que la météo a empêché bon nombre de démonstrations de matériel. Ce qui laisse présager que La Terre est notre métier pourrait accueillir plus de visiteurs dans les années à venir.
La satisfaction générale des exposants permet à La Terre est notre métier d’envisager sereinement l’avenir, étant donné que bon nombre reviendront l’an prochain. Certains ayant connu un franc succès comme ADABio Autoconstruction, Une histoire bio ou Terrateck.

Salle comble pour Gilles-Eric Séralini

Pour cette 11e édition, 20 conférences recherche, filières et technique étaient proposées au public. Elles ont cette année encore trouvé leur public, avec une mention spéciale pour Gilles-Eric Séralini, qui a fait salle comble (nous avons dû refuser 200 personnes) et a été salué par une standing ovation de la part de ses 400 spectateurs. Marc Dufumier à quant à lui donné une conférence
sur les semences paysannes devant 300 spectateurs.

Des axes de développement pour l’avenir

En mettant à l’honneur la région Poitou-Charentes, La Terre est notre métier a élargi son champ d’action. La présence de Benoît Biteau, vice-président de la région en charge de l’agriculture a permis de montrer les spécificités d’une autre région, de partager des expériences différentes en termes de développement de la production bio. Cela donne des idées au salon qui pourrait désormais accueillir chaque année une région comme invité d’honneur.
A présent mis en avant comme une vitrine du réseau par la FNAB, La Terre est notre métier pourrait même avoir vocation à s’exporter dans d’autres régions à l’avenir.
La Terre est notre métier reviendra l’an prochain, bien disposé à innover encore et toujours. Il sera l’occasion d’apprécier les évolution de la parcelle d’agroforesterie et d’accueillir toujours plus d’exposants et de visiteurs.

En savoir plus : www.salonbio.fr